Hand-CAN Tunisie 2020 : Le sept national pour un 11e titre continental et un ticket pour Tokyo 2020

Membre depuis

3 années 8 mois

La Tunisie accueillera à partir de demain jeudi la 24e édition de la Coupe d’Afrique des nations (CAN-2020) qui se déroulera pour la 5e fois sur le sol tunisien, du 16 au 26 janvier dans les salles de Radès et de Hammamet, avec la participation de 16e équipes réparties sur quatre groupes.

Même en présence de concurrents potentiels pour le titre comme l’Egypte et l’Algérie, le sept national, tenant du titre, partira avec toutes les chances de décrocher son 11e titre continental pour composter son billet pour les Jeux olympiques de Tokyo-2020 et décrocher une place en coupe du monde Egypte-2021.

La 24e édition de la CAN (Tunisie-2020) offira en effet un seul billet pour le rendez-vous japonais de cet été et six places pour le Mondial égyptien en 2021 en plus du pays organisateur.

Dix fois vainqueur du tournoi continental, soit un record (1974, 1976, 1979, 1994, 1998, 2002, 2006, 2010, 2012, 2018), devant l’Algérie (7 fois) et l’Egypte (6 fois), la Tunisie partira avec les faveurs du pronostic pour atteindre ses objectifs et confirmer sa suprématie continentale, grâce à un effectif homogène composé de joueurs expérimentés et talentueux et à une bonne préparation bien concoctée par le sélectionneur, l’espagnol Toni Gerona, déjà vainqueur de la CAN-2018 au Gabon avec les Aigles de Carthage.

Auteurs d’un parcours unique dans cette compétition, les Tunisiens qui n’ont raté aucune édition, ont été des 9e dernières finales dont trois face à l’Algérie (2002, 2012 et 2014) et 6 dont 4 consécutives devant l’Egypte (2004, 2006, 2008, 2010, 2016 et 2018).

Versée dans le groupe C, les Aigles de Carthage ont hérité du Cameroun, de la Côte d’Ivoire et du Cap Vert, des adversaires qui semblent loin de pouvoir bousculer les coéquipiers de Makram Missaoui ni les empêcher de passer au tour principal, eu égard à leur palmarès bien maigre et leurs résultats au niveau continental, bien qu’ils restent capables de créer la surprise.
La Tunisie ouvrira jeudi 18h00 à la salle de Radès, face au Cap Vert (à 18h00), un néophyte sur la scène africaine puisqu’il fait son baptême du feu dans cette compétition continentale.

Les Tunisiens donneront ensuite la réplique à la Côte d’Ivoire, le 17 janvier à Radès. Les coéquipiers de Marouène Chouiref auront affaire à une équipe ivoirienne qui en est à sa 17e participation à une coupe d’Afrique des nations et qui carresse l’espoir de redorer son blason après une unique médaille d’argent qui remonte à…1981.

Les protégés de Toni Gerona clotureront le tour préliminaire en affrontant le Cameroun le 18 janvier à 18h00. Les Lions indomptables, dont c’est la 13e participation, vont essayer de faire mieux que la 9e place de la dernière CAN organisée au Gabon, tout en gardant en mémoire leur médaille d’argent obtenue lors de l’édition 1974 à Tunis.

Pour optimiser la préparation des Aigles de Carthage, le staff technique national a élaboré un programme copieux de stages et de matches amicaux qui lui ont permis de s’arrêter sur les conditions physiques et techniques des joueurs et de tester quelques schémas tactiques.

Le coup d’envoi de la préparation a été donné en octobre dernier par deux rencontres amicales contre l’Ukraine à Hammamet (25-20, 29-27 ) suivies de cinq stages pour les joueurs locaux puis de deux autres, avec les joueurs professionnels.

La préparation s’est poursuivie avec un autre test amical face au Maroc (24-17) puis avec le tournoi Yellow Cup en Suisse marqué par deux victoires face aux Pays Bas (30-29) et l’Ukraine (34-32) et une défaite devant le pays organisateur (26-29) pour enfin terminer à la 2e place du tournoi. Et pour conclure, la sélection tunisienne a effectué un dernier stage à Hammamet ponctué par un match amical face au Congo (39-23).

Pour revenir aux joueurs qui défendront les chances tunisiennes, le staff technique disposera d’un groupe complet et homogène composé de joueurs chevronnés à l’instar du vétéran Makram Missaoui (37 ans) ou encore Wassim Helal, Oussama Boughanmi, Slim Hedoui, Mosbah Sanai, Amine Bannour, Mohamed Soussi, Kamel Alouini et Oussama Hosni, ainsi que de jeunes talentueux qui ont apporté du sang neuf à l’équipe tels que Youssef Maaref, Ramzi Majdoub, Issam Rezig ou Skander Zayed.

TAP