Tunisie, Maaloul : "Pourquoi ne pas viser les quarts ?"

Le sélectionneur tunisien, Nabil Maaloul, croit en un résultat positif face à l'Angleterre et voit (très) grand pour sa sélection lors de ce Mondial.

Ce soir, à Volgograd, la Tunisie effectue son retour en Coupe du Monde. Pour ce grand come-back, les Aigles de Carthage n'auront pas la tâche facile puisqu'ils vont devoir se mesurer à l'un des outsiders de la compétition, l'Angleterre. Sur le papier, le duel parait déséquilibré. Néanmoins, cela n'empêche pas les Maghrébins d'être optimistes.

Présent devant les journalistes dimanche, le sélectionneur Nabil Maaloul a assuré que c'est sans le moindre complexe que ses hommes vont croiser le fer avec les Three Lions. "On ne peut pas jouer au foot, sans un peu de confiance. On a fait de très bons matchs amicaux. On sait qu'on est dans un groupe compliqué mais nos derniers matchs nous ont donnés beaucoup de confiance", a-t-il confié. Un discours validé par son joueur, Anis Badri : "On a fait deux bons matchs amicaux. On sait que l'Angleterre, c'est costaud. Il faudra apporter de la vitesse devant. On est confiants !"

À la question si sa sélection est fin prête pour cette rencontre, le coach tunisien a affirmé : "Je ressens qu'on est prêt à 100 % ! On a suivi tous les matchs depuis le début de la CM. Tous les matchs sont durs. L'écart s'est réduit entre les nations. Sans doute, on verra la même chose lundi". 

 

Les Tunisiens sont ambitieux, et ils le sont même au point de viser le Top 8 Mondial. Maaloul n'a peur de rien puisqu'il a déclaré que "l'objectif est d'aller le plus loin possible". "Pourquoi pas ne pas se qualifier pour les quarts ? Pour moi cette génération en est capable. J'ai voulu affronter des équipes de grand niveau en amical (…) Cette fois-ci, on est bien armé pour jouer les premiers rôles. On peut faire face à ces deux nations très fortes (ndlr, la Belgique et l'Angleterre) ", a-t-il enchéri.

Tout en évoquant l'appétit qui anime son équipe, le coach tunisien n'a pas manqué de souligner les forces de l'adversaire et aussi le respect qu'ils ont envers un adversaire qu'ils n'ont jamais battu de leur histoire : "Je pense que l'Angleterre peut gagner la Coupe du Monde. En 1998, on a affronté l'Angleterre. Mais à cette époque, je ne pense que pas que l'Angleterre avait une telle osmose comme aujourd'hui. Et Le style de jeu anglais a changé par rapporte à 2016. L'équipe est plus forte aujourd'hui (…) Je pense qu'on verra du beau football lundi".