Football – France (coronavirus) : Deschamps critique le huis clos allemand

Membre depuis

3 années 8 mois

Le sélectionneur de l’équipe de France de football, Didier Deschamps, a émis des doutes sur les conditions de reprise de la Bundesliga allemande, et a confié son incompréhension sur les rencontres, programmées à huis clos en raison de la pandémie du nouveau coronavirus (COVID-19).

“Certaines images me semblent tellement incohérentes… Je vois des joueurs disputer une rencontre avec tous les éléments propres au football : à savoir des contacts et des accrochages. Et puis, on aperçoit en tribune des remplaçants masqués à deux mètres de distance les uns des autres.

Sincèrement, je ne comprends pas. Ils sont dans la même enceinte, susceptibles d’entrer en jeu à tout moment. En tribunes, le risque est-il accru ? Quelle incohérence ! Je n’aime pas ça”, a-t-il indiqué dans un entretien accordé au journal le Parisien.

L’Allemagne est devenue le premier pays européen à relancer la compétition, après deux mois de suspension en raison de la pandémie du COVID-19. Trois journées se sont déjà disputées depuis la reprise, avec des mesures strictes et des gestes barrières pour éviter toute propagation.

“Dans le football, la reprise de certains championnats répond évidemment, en premier lieu, à une problématique économique. L’Espagne et l’Angleterre, deux grands pays de football, sont en train de planifier la reprise de la Liga et de la Premier League, mais ils ont décidé de ne pas reprendre les championnats féminins, lesquels génèrent beaucoup moins de recettes. Ca veut tout dire”, a-t-il ajouté.

En revanche, le coach des “Bleus” a qualifié l’arrêt définitif des compétitions en France de “sage décision”. “C’est une décision du gouvernement, qui me paraît cohérente et sage. Il faut l’accepter. Je ne veux pas passer pour un donneur de leçons.

Si je ne me suis pas exprimé sur ce sujet, c’est parce que ce n’est pas mon rôle, parce que je n’avais aucune envie de me mettre en avant ni de participer à des débats sans fin. Une seule personnalité du football est au-dessus de la mêlée, c’est le président de la Fédération. Mon président est dans son rôle et sait très bien prendre les bonnes décisions au bon moment quand la situation l’exige. Heureusement pour le football français”, a-t-il conclu.

Agences